Du « toujours plus » au « toujours mieux »: le slow management.

19 Août

La volonté de manager les hommes et les femmes autrement sans pour autant négliger la performance de l’entreprise a toujours existé, mais toujours très peu appliqué. Elle est aujourd’hui théorisée au sein de ce que l’on nomme le Slow Management.
Le livre Eloge du bien-être au travail, de D. Steiler, J. Sadowsky et L. Roche, enseignants chercheurs à Grenoble Ecole de Management est d’une grande avancée dans ce domaine. Les auteurs développent l’idée que ce slow management est tout à fait applicable, qu’il n’est pas utopique, qu’il n’est pas un frein à la compétitivité des entreprises, bien au contraire.
Le constat est simple, il faut éliminer tous les « stresseurs », apporter le bien-être en entreprise, améliorer le cadre de vie dans l’entreprise pour qu’il soit propice à la performance.

Voici comment je résumerai le slow management :

Le slow management s’inscrit dans la durée

C’est la fin du paradigme du « court terme » en entreprise. Cela ne signifie pas pour autant qu’il faut prendre son temps au travail, voir même en perdre, au contraire il s’agit d’aménager efficacement le temps de travail. Pour cela il faut repenser l’organisation. J’insiste, le slow management n’est pas du « management escargot », il suffit d’avoir une gestion astucieuse de son temps.

La qualité avant tout.

Avec la fin de cette course au business, il est possible de remettre la qualité au centre de l’attention. L’accélération du business se fait forcement au détriment de la qualité. Le slow management souhaite que l’avantage compétitif premier redevienne la qualité.

Il faut s’attaquer aux causes

Que faut –il faire pour lutter contre le stress, le mal-être au travail ? Des séminaires, des massages, de la relaxation ? Non répond le slow management. Il ne faut pas soigner les effets du stress, mais il faut agir en amont, s’attaquer aux causes.
Pour cela il faut revenir aux bases du management, organiser la cohésion, impliquer les collaborateurs, et tout ce qui nous paraît très souvent évident, mais rarement appliqué.

Tirer le meilleur des ressources humaines

Le moteur de l’entreprise, c’est l’Homme. C’est le premier levier vers l’efficacité et la performance. Il faut renforcer la confiance des collaborateurs envers l’entreprise, instaurer les meilleurs relations possibles avec la hiérarchie et entre les salariés eux-mêmes. Et enfin impliquer les collaborateurs dans la vie de l’entreprise, avec des objectifs motivants et stimulants. L’humain est la première préoccupation du slow management.

Pour conclure, j’insiste sur ce qui me semble le plus important. Beaucoup de ceux qui liront cette article trouveront cela trop évident pour le prendre au sérieux, ils se diront que ce sont des propos de doux rêveur, voir de béni oui-oui. Or le constat est sans appel, trop peu nombreux sont les managers qui appliquent ces règles simples et efficaces.

Julien

Publicités

5 Réponses to “Du « toujours plus » au « toujours mieux »: le slow management.”

  1. Jessy Kaa 7 avril 2012 à 17 h 52 min #

    Bonjour,

    J’ai aimé votre article et je suis tout à fait d’accord avec vous. Il faudrait mettre en place plus de dispositif d’aide, de soutien psychologique… Informer les salariés, les managers, et en parler très sérieusement autour de sois. Il y a trop de « mal être » au travail, parfois même des suicides. Pour certains employeur, c’est un sujet tabou, mais il faut insister sur le fait de ne pas inclure d’injustices au sein de l’entreprise. La méthode de certains manager est également à revoir.

    Jessica, 16 ans.

  2. Anonyme 9 juin 2017 à 23 h 23 min #

    En lisant cet article, j’ai l’impression de me voir en action
    Je travaille dans l’animation et la notion de quantité n’a aucun intérêt en termes d’objectifs, bien qu’elle soit une contrainte. Le meilleur moyen de faire de « l’humain productif « : donner a chacun la capacité de l’être! Et pour ça, il faut écouter, comprendre et proposer sans imposer ! En général , quand on sait écouter, pas besoin d’imposer !

Trackbacks/Pingbacks

  1. A lire : Éloge du bien-être au travail » Parlons Recrutement, par Michael Page - Parlons Recrutement, par Michael Page - 23 avril 2014

    […] leadership et développement personnel, les auteurs développent leurs arguments en faveur du « slow management », un modèle de management en rupture avec le « toujours plus » et le « tout tout de […]

  2. Du "toujours plus" au "toujours mieux": le slow management. | Cgt Microturbo Groupe Safran - 24 avril 2014

    […] → Lire ici l’article complet de Julien sur BIEN-ETRE&ENTREPRISE […]

  3. Soignons l'humain pour guérir nos maux ! - claudehemmer - 23 mars 2015

    […] Du toujours plus au toujours mieux le slow management Blog Bien au travail. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s